Traduction d’un article posté par Gerard Pruim sur openrecognition.org

Pourquoi croyons-nous à la reconnaissance ouverte et aux badges ouverts ?

Une réponse à cette question a été donnée par Mehdi Gharsallah en personne, conseiller en stratégie numérique au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en France ! Dans son exposé, au troisième jour de la conférence ePIC 2018 qui s’est déroulée du 24 au 26 octobre à Paris, il a évoqué trois raisons principales :

1. C’est ouvert

2. Cela repose sur des plates-formes

3. C’est centré sur l’utilisateur.

Ces 3 principales raisons représentent l’essence d’ePIC 2018 en quelques lignes. Les 3 jours de la conférence ont été un bon mélange d’expériences partagées et d’ateliers pratiques au Centre de Recherche et d’Interdisciplinarité (CRI) à Paris. Des questions intéressantes ont été discutées et traitées de manière interactive, telles que Dites-nous comment vous reconnaissez ? ou Comment construire sur des systèmes de reconnaissance ouverts ? Comment construire des territoires apprenants, une société apprenante ? Ou encore : Comment faire face au défi de la confiance pour créer des systèmes ouverts de reconnaissance ?

De nombreux cas d’usage dans différents domaines ont été partagés : Enseignement, Humanitaire (HPass), Santé, Transculturel (TransRECOland) et Emploi.

C’est ouvert !

Ruben Verborgh a expliqué comment les Open Badges, en tant que données connectées ouvertes, peuvent faire partie d’un réseau plus étendu de données sociales connectées. Le professeur Tim Berners-Lee, l’inventeur du World Wide Web, travaille sur Solid, un nouveau projet passionnant, implanté au MIT et structuré autour d’une excellente équipe dont Ruben fait partie. Le projet vise à changer radicalement le mode de fonctionnement actuel des applications Web, ce qui se traduira par un véritable contrôle des données personnelles et une confidentialité améliorée. C’est donc ici que les Open Badges et Solid se rencontrent : Open Source, réel contrôle des données personnelles et données connectées.

Voici quelques extraits du diaporama de Ruben.

Vous pouvez retrouver l’intégralité du diaporama ici.

Cela repose sur des plates-formes

La présence à ePIC de représentants de plates-formes pour la délivrance de badges ouverts, telles que Badgr, Open Badge Factory, CanCred, Badgecraft et Bestr souligne l’importance de disposer d’un lieu pour émettre, recevoir et partager des badges ouverts. Deux innovations venues de Belgique et susceptibles de déboucher sur une nouvelle forme de plates-formes ont été présentées :BSkilled et Gentlestudent . Toutes deux sont le fruit de projets menés lors Open Summer of Code (OSOC) de l’été 2018. Les étudiants ont travaillé au sein d’une équipe interdisciplinaire avec par des sponsors et des coaches d’Open Knowledge Belgium (un partenaire du projet MIRVA).

bSkilled

bSkilled se concentre sur les endossements par les pairs basés sur les nouvelles spécifications OBI 2.0. Utilisez bSkilled et soyez reconnu pour vos compétences en permettant à vos relations d’approuver et de vérifier vos qualités avec les Open Badges, d’une manière simple, fiable et normalisée.

Gentlestudent

Gentlestudent est une application qui permet à l’utilisateur de demander de l’aide aux étudiants. Avec l’application, n’importe qui peut émettre une opportunité d’apprentissage et les étudiants qui l’utilisent peuvent décider d’aider l’émetteur. Après avoir aidé l’émetteur, l’étudiant reçoit un badge en guise de récompense, qui constitue un enregistrement vérifiable de ses apprentissages. Ainsi, Gentlestudent stimule l’apprentissage informel et enseigne de précieuses leçons sur la vie communautaire et l’engagement social. La ville peut ainsi co-créer un contexte d’apprentissage authentique.

C’est centré sur l’utilisateur

Une approche centrée sur l’utilisateur répond aux besoins des utilisateurs. Mais quels sont leurs besoins ? Et comment apprendre à connaître ces besoins ? Et ne pas oublier : qui sont les utilisateurs? Sont-ils les émetteurs, les destinataires, les consommateurs ou tous ?

Le dernier jour a été marqué par un travail plus itératif. Cette remarque fait référence à un processus de conception centré sur l’utilisateur qui est en général souvent négligé lors du développement de logiciels, de même que l’infrastructure Open Badges. Et comme indiqué dans l’ePIC 2017 : nous avons besoin de services basés sur les Open Badges et une reconnaissance ouverte. Et basé sur les besoins de nos utilisateurs.

Dans un atelier animé par deux partenaires de MIRVA, Chiara Carlino et Dominic Orr, nous avons essayé de comprendre le fonctionnement des processus de reconnaissance et la manière de les améliorer / de les ouvrir. Et avec cela, nous avons travaillé à trouver quels sont nos propres besoins, et ceux des autres, à reconnaître.

Les questions ont été :  

1. Comment vos compétences sont-elles reconnues dans votre vie quotidienne ? 

2. Comment reconnaissez-vous les compétences des autres ? 

3. A partir de votre liste d’exemples, où pensez-vous que les choses pourraient être améliorées ? Et qui serait chargé de les améliorer (vous, votre entreprise, votre organisation, le gouvernement) ?

4. Comment la technologie pourrait-elle vous aider à soutenir votre scénario idéal ? Que devriez-vous pouvoir faire ?

     

Les réponses données au cours de l’atelier ont rassemblées et résumées. Elles seront très utiles pour savoir comment rendre la reconnaissance informelle visible et exploitable et seront partagées ultérieurement sur le site MIRVA.

Mouvement pour une reconnaissance ouverte (Open recognition)

Cette année marque une nouvelle étape dans le mouvement #OpenRecognition avec :     

  • Un nombre croissant d’initiatives ancrées dans des territoires (Badgeons la Normandie, Badgeons Centre Val de Loire, Badgeons Pas de Calais, Badgeons l’Aquitaine) ;
  • Une plus grande participation par l’intermédiaire des initiatives locales, des associations et des réseaux ;
  • #OpenRecognition Week, la Semaine de la Reconnaissance Ouverte, une initiative visant à remapper le monde et à créer un réseau mondial de la confiance (week.openrecognition.org) ;
  • L’introduction des bits of trust (“Marques de confiance”) pour explorer de nouvelles approches qui soutiennent des formes de reconnaissance plus ouvertes et plus démocratiques ;
  • et la création de Reconnaître – Open Recognition Alliance, l’association à but non lucratif organisatrice de la conférence ePIC et dont la vocation est de faire de la reconnaissance ouverte une réalité.

Vous voulez en savoir plus ? Voyez comment les visiteurs ont expérimenté l’ePIC?

Jetez un coup d’oeil à cette playlist !


 

Catégories : Open Badges

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.