Construire ensemble une société fondée sur la Reconnaissance

Badges de compétence : la mauvaise solution à un vrai problème

Introduction

Voici plus de trois décennies que je décidais de commencer à explorer comment les technologies pourraient contribuer à rendre les compétences d’une personne plus visibles, en particulier pour celles et ceux qui n’avaient pas eu la chance d’obtenir une qualification formelle. Initiée dans le monde de l’éducation formelle[efn_note]Je regroupe sous formel ce que, dans le domaine de l’éducation, l’OCDE distingue entre formel et non formel (tous deux planifiés), par opposition à informel (non planifié) : lien[/efn_note], cette aventure m’a conduit à accorder une attention croissante au monde informel dans lequel nous passons la majeure partie de notre vie (y compris pendant nos années de scolarité !).

Après la découverte du portfolio de compétences,[efn_note]Qualifié comme évaluateur, auteur de plusieurs référentiels de compétences et “Valider les Competence avec les NVQs” un livre expliquant comment on peut obtenir une qualification par la création d’un portfolio de preuves, je tiens également un blog, learningfutures.eu, où je m’intéresse aux questions d’apprentissage et technologies.[/efn_note] je me suis engagé activement dans le travail sur les ePortfolios (qui a conduit à de nombreux projets européens et conférences internationales) et, plus récemment, sur les Open Badges. Si la trajectoire « normale » aurait dû me conduire à devenir un ardent défenseur des « badges de compétences », cela n’a pas été le cas. Bien au contraire : mon expérience positive de l’éducation et qualifications fondées sur les compétences m’a simultanément appris que celles-ci sont loin d’être parfaites, non pas tant en raison du « facteur humain », que du message implicite qu’elles véhiculent : seule la reconnaissance formelle aurait de la valeur, ce qui n’est pas reconnu formellement n’aurait que peu ou pas de valeur.

En concentrant initialement notre attention sur la création de badges de compétences, nous étions en train déplacer à un autre niveau le problème que les Open Badges étaient censés résoudre : rendre visibles les apprentissages informels. Au départ, les Open Badges étaient utilisés à 99,99% pour reconnaître formellement les apprentissages informels, et les badges de compétence se vendaient comme des petits pains. Ce que les Open Badges pouvaient offrir, et qui a été initialement négligé, était leur potentiel de rendre visibles les reconnaissances informelles : si probablement plus de 90% de nos apprentissages sont informels et invisibles, alors, pour sûr, 99,99% des reconnaissances sont également informelles – indication : la reconnaissance par un employeur d’une qualification formelle est informelle ! – et invisibles.

C’est ce constat qui a conduit à la publication en 2016 de la Bologna Open Recognition Declaration et maintenant de cet article.

(suite…)